Français

Restaurant La Marguerite : la diversification comme solution

Durant cette période difficile pour les restaurateurs français, de nombreux établissements ont trouvé la solution dans la diversification. C’est le cas du restaurant La Marguerite

Le Restaurant la Marguerite a ouvert ses portes en 2013, dans le quartier de Montplaisir à Lyon. Logé dans une villa rénovée du 20ème siècle ayant appartenue à Marguerite et Auguste Lumière, il s’agit d’un des restaurants du groupe Bocuse.

Restaurant La Marguerite – Lyon

Comme « Lyon est une ville qui donne faim » et que Paul Bocuse est chez lui à Lyon, Le Groupe a investi tous les segments de la restauration. Cela passe par l’établissement étoilé, le fast food, et les brasseries.

Au restaurant La Marguerite, en bon représentant du groupe, on propose donc une carte inventive et raffinée qui, dans ce quartier bourgeois de Lyon, rencontre immédiatement l’adhésion du public.

L’été dans le jardin, l’hiver dans les salons, la Marguerite accueille une clientèle nombreuse et variée, qui va des repas d’affaires, aux évènements familiaux, en passant par les artistes du Festival du Cinéma.

En Mars 2020, alors que tout va bien, fermeture administrative à cause de la pandémie ! N’ayant pas de service « à emporter », la boule au ventre, l’équipe nettoie tout, et donne un tour de clé.

Deux mois après, lors de l’ouverture, ils peuvent voir à quel point ils sont appréciés ! En effet, dès que les rumeurs de réouverture courent, les réservations affluent et le restaurant fait le plein.

La Marguerite repart de plus belle, et retrouve son équipe, ses clients et son quotidien.

Novembre 2020, « rebelote » ! Le gouvernement français annonce que les restaurants doivent refermer. Ce coup-ci, la Marguerite dit NON !

Profitant de la carte du Bocuse Original Comptoir déjà présente dans le groupe, la Direction décide de la mettre en place à la Marguerite.

La Carte du Bocuse Original Comptoir est élaborée par le Chef Sylvain Girot avec la contribution et l’inspiration des autres Chefs du Groupe. Elle se compose de sandwich, de hamburgers et de wok, à la manière Bocuse. C’est-à-dire qu’elle met en avant le produit : à titre d’exemple, le jambon est truffé, le cantal AOP, la moutarde est à l’ancienne et la mayonnaise maison est aux truffes.

Comme le disait Paul Bocuse, le bonheur est dans la cuisine, et, pour doubler le bonheur il faut le partager.

Pour le personnel de la Marguerite, tout est dit. Conscients de l’importance qu’ils ont dans la vie du quartier, décidés à ne plus quitter leurs clients, motivés pour rester ensemble et pour continuer à partager leur savoir faire et leur passion, ils décident de relever le défi. Pour rester ouvert, il faut transformer le restaurant en comptoir.

Les cuisiniers oublient donc pour un temps les ravioles du Dauphiné, l’espadon et les ris de veau, et apprennent à cuisiner en un temps record, entre autres, un Forest Beef, un Lob & roll et un Tartuffe.

Les serveurs, eux, délaissent l’uniforme, enfilent les baskets, se forment aux tablettes des entreprises de livraison, apprennent à faire des emballages et à peler des pommes de terre !

Le pari a payé. Ravis de découvrir cette nouvelle carte, heureux de voir que « Leur » restaurant continue, les clients sont au RDV.

Depuis, cette diversification permet à une partie de l’équipe de continuer à travailler, et au restaurant d’avoir une activité.

Bien sûr tous les restaurants n’ont pas la possibilité de se diversifier de manière aussi rapide. Bien sûr, La Marguerite a bénéficié de la synergie du groupe Bocuse, de l’enthousiasme d’une équipe très soudée, et d’une zone de chalandise propice.

Pour autant, c’est un bel exemple de grande réactivité.

Paul Bocuse disait « les deux secrets d’un succès : la qualité et la créativité ».

La diversification de la Marguerite est bien dans cet esprit. Il reste maintenant à savoir si les clients seront prêts à se passer de leur comptoir quand le restaurant réouvrira.

Si ce n’est pas le cas, l’équipe va encore devoir renouveler une prouesse en faisant cohabiter les deux activités. Vu ce qu’ils ont déjà montré, ils ont toutes les chances d’y arriver !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *